On the sunnyside of the street

En cette période compliquée, nous avons décidé de faire contre mauvaise fortune bon coeur, et d'essayer de marcher (symboliquement) du côté ensoleillé de la rue. Voici une sélection de contenu pour égayer votre confinement.

Rester chez soi en ces temps de confinement est un excellent moment pour réécouter des disques, prendre le temps de lire, de se cultiver.

Nous vous avons préparé une petite sélection de liens qui pourraient nourrir votre esprit pendant ces quelques semaines, du jazz mais pas que !

A écouter : des podcasts et des concerts

11870690_10153523803498349_1154266687630272133_n

France Culture est une mine avec ses milliers de podcast, où vous aurez le loisir de fouiller allègrement. En voici trois que nous vous recommandons chaudement :

> La Grande Traversée : Sinatra, The Voice of America
Plus qu’une grande traversée, c’est une odyssée ! 9h pour se plonger dans la vie tumultueuse, la musique, les liaisons dangereuses du grand Frank Sinatra, depuis son enfance à la gloire en passant par la mafia.

> La Grande Traversée : David Bowie
Plus de 7 heures en 4 épisodes qui retracent la vie et l’oeuvre de ce géant du rock : du live, des interviews, des anecdotes…

> Billie Holiday, Night and Day
Un feuilleton radiophonique en 5 épisodes (24 min chacun) de Sophie Lemp. Ce n’est pas un documentaire mais une fiction, un regard porté sur la vie de la chanteuse, ponctué de ses chansons sublimes

 

images

> France Musique est un des partenaires important du jazz. Il est toujours utile de se replonger dans les podcasts de ses émissions, celles d’Alex Dutilh ou Nathalie Piolé.

L’occasion également de remettre le nez dans « Jazz Club » d’Yvan Amar qui parcourt la France et ses festivals pour capter des concerts. Impossible de tous les citer : Alain Jean-Marie au New Morning, Claude Tchamitchian à Malakoff, Robert Negro à Strasbourg…

> Pour ceux d’entre vous qui sont sur les réseaux sociaux et notamment Facebook, Le Mixanthrope parcourt internet, fouille et déniche des playlist musicales. Avec plusieurs suggestions par jour, du réveil à l’apéro, Le Mixanthrope vous fait découvrir des horizons parfois inconnus : jazz, soul, hip-hop, électro. Mais toujours avec goût !

90025944_112785977014959_4610598201995558912_n-1

> Bandcamp
Ecouter de la musique, la regarder, c’est bien. Ce qui est encore mieux, c’est de l’encourager. Il y a une solution très simple pour cela : vous faire plaisir. Allez flâner sur bandcamp et découvrez des groupes australiens, sri-lankais, ou encore vosgiens. Ecoutez et si cela vous plait, achetez leurs albums en numérique ou en physique. En comparaison avec d’autres plateformes d’écoute dont nous ne citerons pas les noms, les musiciens empochent l’argent, et oui !

> Le Grigri
C’est la webradio porte bonheur. Surtout pour vos oreilles : une playlist parfaitement ciselée avec du jazz, de la soul, du hip-hop, des musiques traditionnelles. Sans pub, sans bla-bla. 

> Pointbreak
C’est un magazine en ligne à écouter (surtout) et à lire (aussi) : des playlist, des émissions, des chroniques. C’est rudement bien écrit et pensé. Le jazz autrement.

A voir : des concerts récents et des archives

Culture Box
C’est le service de streaming culturel de France TV qui propose des centaines de vidéos toutes esthétiques confondues.
Avec évidemment des concerts de jazz, notamment des captations au festival Jazz à la Villette et Jazz Sous les Pommiers. Trop difficile de choisir, mais disons : le concert hommage à la Reine « Respect to Aretha », Laurent Bardainne et Tigre d’Eau Douce, Kenny Garrett Quintet, Avishaï Cohen Big Vicious, Théo Ceccaldi Trio….

Ina.fr
Attention, le site de l’INA est plus que chronophage, il n’est pas rare de s’y perdre pendant des heures… Un piano solo de Thelonious Monk le 12 février 1970, un chorus d’Art Blakey le 11 septembre 1974, Martial Solal qui parle de free jazz le 21 mai 1970 : c’est à l’époque où il y avait encore du jazz à l’antenne : l’émission Jazz Portrait et ses formidables archives.

Montreux jazz Festival
C’est très certainement le plus grand festival européen. Au fil des éditions, les suisses ont accueilli les plus grands artistes et ils ont la bonne idée d’ouvrir leurs archives : les concerts filmés chez eux avec, excusez du peu, Nina Simone, Marvin Gaye, Prince ou encore Joe Cocker.

Arte Concert
Thomas de Pourquery, Joce Menniel, Eve Risser, Vincent Peirani, Ron Carter, Ambrose Akinmusire, Richard Galliano. Et on en passe des meilleurs.
Ils sont tous en concerts et en streaming sur Arte Concert

A voir et écouter avec les enfants

Pour les Jazz Kids ! Un film à regarder en famille : Jazz Band vs Symphony Land
Ce court métrage Disney du milieu des années 1930 met en scène la joyeuse terre du jazz et le pays de la symphonie. 

A lire

Le Jazz et les gangsters de Ronald L. Morris 
 
Que seraient devenus Duke Ellington, Louis Armstrong, Earl Hines ou King Oliver sans les gangsters qui les employaient ? Ces mobsters et ces racketeers, souvent juifs ou siciliens, n’étaient pas aveuglés par les préjugés racistes qui empêchaient l’establishment blanc d’apprécier et de soutenir les musiciens noirs. Dans les clubs qui proliférèrent pendant la Prohibition, ils assurèrent la sécurité de l’emploi nécessaire à la constitution d’orchestres stables et à la maturation d’un style. Et ce sont les politiciens conservateurs qui, en faisant de la Mafia leur bouc émissaire, ont mis fin à l’âge d’or du jazz.
Le tout accompagné d’une playlist spécial « Un billet dans le cornet »
 > feuilleter le livre